RecolteSauvage - Centre permaculturel

Testing1_7228

Comprendre et Protéger vos Arbres contre les Psylles, Insectes Ravageurs

Décryptage des Psylles : Ravageurs Potentiels des Arbres Fruitiers et Ornementaux

Si vous observez des jeunes pousses déformées, engluées et des rameaux couverts de filaments cireux et de fumagine, vos arbres pourraient être infestés par des psylles, des petits insectes appartenant à l’ordre des Hémiptères.

À la Découverte des Psylles

Les psylles, de petite taille (2 à 6 mm), ressemblent à des pucerons ailés et se nourrissent de la sève des arbres et des plantes. Leur mode de déplacement sauteur et leur aspect « en toit » des ailes au repos les rendent identifiables. Leur sécrétion de cire et de miellat favorise la formation de fumagine.

Les larves, plus voraces, se regroupent sous les feuilles et peuvent être jaunes, brunes ou vertes, portant des ébauches d’ailes sur leur dos.

Cycle de Vie et Dégâts

Les psylles émergent de l’hibernation à la fin de l’hiver, se reproduisent et pondent des centaines d’œufs. Les larves éclosent, provoquant des dommages visibles en quelques semaines. En 6 à 9 semaines, les larves deviennent adultes, générant une générations par an au Québec, mais plus ailleurs.

Les dégâts incluent la production de miellat, la fumagine, le jaunissement des feuilles et des bourgeons, la déformation et le dessèchement des jeunes pousses, et un affaiblissement général de la plante.

Prévention et Lutte

Enlevez les larves à l’eau et utilisez du savon noir dilué (5%) pour contrer le miellat. Cependant, comptez d’abord sur les auxiliaires naturels tels que les coccinelles, les chrysopes, les cécidomyies, etc., qui sont efficaces pour contrôler les populations de psylles.

Attention à ne pas suralimenter vos plantes en azote, car une vigueur excessive les rend plus attractives pour ces ravageurs.

Les psylles peuvent être spécifiques à certaines plantes hôtes, comme le psylle du poirier, du pommier, de l’olivier, etc., nécessitant des approches adaptées de prévention et de contrôle.

Partagez cette publication!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *